Les pradilhous de la Loubière
>>
Accueil
>
Sentiers de découverte
>
Les pradilhous de la Loubière
Chadenet

Les pradilhous de la Loubière

Eau et géologie
Forêt
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion

La forêt du vallon de la Loubière invite à découvrir sa diversité resplendissante et à comprendre son histoire, lentement tracée par la nature et les hommes.

« Dans l'air frais du petit matin, la forêt s'éveille doucement aux chants des oiseaux. Sur le chemin, des traces de chevreuils témoignent de leurs récents passages. L'air humide exhale des odeurs de terre et de citron, parfum si caractéristique du sapin, quand, au détour du sentier, posé sur un tronc, j'aperçois un pic noir ! Il tambourine ! Surpris par ma présence, il s'envole dans le vallon de la Loubière... »

Sandrine Forge, Maison de l'Aigoual


Les 9 patrimoines à découvrir
Histoire

Quand l'eau protège et enrichit

Balise n° 1
Cette clairière a abrité un camp de réfugiés harkis. En Lozère, les harkis ont participé à de nombreux travaux forestiers pour le compte de l’Office national des forêts. Ces circonstances expliquent les lettres “ FSIRAN ” (Français de Souche Islamiste Rapatriés d’Afrique du Nord) que l’on trouve parfois gravées dans la pierre. En 1975, avec leur aide, un réservoir d’eau pour assurer la protection de la forêt contre les incendies est aménagé. Rapidement, des plantes colonisent les bordures du bassin et des espèces animales (crapauds, grenouilles, libellules, hérons...) trouvent là un endroit propice à leur installation.

lire la suite
Milieu naturel

La forêt toujours renouvelée

Balise n° 2
Arbres variés, de tous âges, de toutes tailles : ici, l’homme compose avec la nature ; il laisse se développer certaines espèces et en introduit d’autres de son choix. Ainsi, faisant suite à une première génération d’épicéas (dont il reste quelques traces), de jeunes sapins, hêtres et épicéas ont trouvé naturellement leur place, créant une diversité encore accrue par la plantation de mélèzes. Certains arbrisseaux, comme les mélèzes dont chevreuils et lièvres sont particulièrement friands, sont protégés durant leurs premières années de vie par un filet ou un tube enserrant la base de leur tronc. Cette grande diversité permet de maintenir ou d’accroître la richesse biologique de la forêt.

lire la suite
Milieu naturel

Renouvellement naturel

Balise n° 3
Autrefois terres agricoles, ces espaces naturellement favorables au hêtre ont été plantés en sapins et en épicéas. Sous ces peuplements d’âge égal où la lumière filtre difficilement, les jeunes semis ont du mal à s’installer. Pour assurer le renouvellement de la forêt, la lumière doit pénétrer entre les arbres par des processus naturels, parfois relayés par les hommes. Naturellement, les arbres vieillissent puis meurent, entraînant la création d’espaces ouverts qui se peuplent peu à peu d’arbustes, d’arbrisseaux puis d’arbres. La forêt met ainsi plusieurs décennies à se réinstaller au cours desquelles diverses espèces animales et végétales se succèdent.

lire la suite
Milieu naturel

Gestion forestière

Les forestiers peuvent choisir d'abattre tous les arbres d’une génération arrivée à maturité et récolter ainsi une grande quantité de bois. Plusieurs espèces sont alors replantées à leur place. Cette méthode peut permettre le développement d’espèces animales et végétales appréciant les espaces très ouverts. On peut à l'inverse opter pour l'exploitation progressive des arbres après les avoir sélectionné dès leur plus jeune âge. Les trouées sont comblées au fur et à mesure par des semis naturels ou des plantations. Dans ce cas, les efforts de l'homme se conjuguent avec ceux de la nature.

lire la suite
Milieu naturel

Histoire d'une sapinière

Balise n° 4
Le sapin règne en maître sur ce versant humide qui ne voit que rarement le soleil. Ces grands arbres étirent leurs houppiers jusqu’à parfois trente mètres au-dessus de nos têtes. A la fin du XIXe siècle, les forestiers ont fait le choix du sapin et de l’épicéa pour ces versants exposés au nord, aux sols profonds et frais. Les pins sylvestres et les taillis de hêtres ont constitué l’abri nécessaire à ces essences dans leurs premières années de vie. L’ampleur du chantier a nécessité l’installation d’une pépinière temporaire pour que les plants élevés sur place s’adaptent au mieux aux rudes conditions locales. Les terrasses et la cabane à outils de cette pépinière sont toujours visibles.

lire la suite
Milieu naturel

Richesses des lisières

Balise n° 5
Puits de lumière au milieu de la forêt, cette clairière, utilisant l’espace de l’ancienne pépinière, respire la fraîcheur. L’homme a fait ici le choix de maintenir une zone ouverte qui ne pourra le rester qu’au prix d’un pâturage régulier. Des brebis passent ainsi plusieurs fois par an, tenant en respect genêts, bruyères. L’agriculteur trouve ici une ressource supplémentaire pour son troupeau tandis que le forestier recherche un intérêt paysager et une meilleure diversité de milieux. Celle-ci est plus riche encore au niveau des lisières grâce à l’installation de certaines essences arbustives (noisetier, sorbier, alisier...) qui fournissent abri et nourriture à de nouvelles espèces animales.

lire la suite
Géologie

Changement de décor

Balise n° 6
D’un versant à l’autre, du fond de la vallée à la crête, la nature de la roche varie rapidement. Ce changement se répercute sur la composition des sols, sur la végétation et par là-même sur les paysages. On observe, en face, la calotte calcaire  occupée par le pin noir d’Autriche adapté à ces endroits secs. Au dessous, la pente schisteuse est propice à l’installation naturelle du hêtre et du pin sylvestre et répond bien aux exigences de l’épicéa planté sur ces sols plus profonds par le forestier.

lire la suite
Histoire

Maison forestière

Trônant au milieu de la pente, la maison forestière de la Loubière, se distingue difficilement de la végétation. Son occupation la plus ancienne remonte au XIIIe siècle ; elle a abrité la célèbre famille De Ligonnès dont un membre épousa en 1827 Marie-Sophie de Lamartine, sœur de l’illustre poète. Depuis son achat par l’Etat en 1879, cette bâtisse est devenue la résidence privée du garde-forestier chargé de la surveillance de ce secteur.

lire la suite
Milieu naturel

Mosaïque de milieu

Balise n° 7
Le paysage du vallon se déroule en laissant une place de choix à la sapinière, fleuron de ces lieux. Du haut de son siècle, elle séduit les promeneurs sensibles à sa beauté et à son unité. Aujourd’hui, l’histoire du vallon se poursuit avec une gestion forestière toujours soucieuse de protection et de production mais intégrant aussi de plus en plus la dimension paysagère et l’accueil du public, préoccupations communes de l’Office national des forêts et du Parc national des Cévennes.

lire la suite

Profil altimétrique


Recommandations

À la balise n° 5, des panneaux permettent de reconnaître les principales espèces d’arbres.

Les randonnées équestre et à VTT ne sont pas autorisées ou adaptées sur les sentiers d'interprétation. 

En coeur de parc
Le Parc national est un territoire naturel, ouvert à tous, mais soumis à une réglementation qu’il est utile de connaître pour préparer son séjour

Lieux de renseignement

Office de tourisme Coeur de Lozère, Mende

BP 83, place du Foirail, 48000 Mende

https://www.mende-coeur-lozere.fr

mendetourisme@ot-mende.com

04 66 94 00 23

Les relais d'information sont des offices de tourisme ou sites partenaires du Parc national des Cévennes, qui ont pour mission l'information et la sensibilisation sur l'offre de découverte et d'animations ainsi que les règles à adopter en cœur de Parc. 

Ouvert toute l'année (se renseigner pour les jours et horaires d'ouverture en période hivernale)

En savoir plus

Office de tourisme Mont- Lozère, Bagnols-les-Bains

avenue de la gare, 48190 Bagnols-les-Bains Mont-Lozere et Goulet

https://www.destination-montlozere.fr/

ot.bagnolslesbains@orange.fr

04 66 47 61 13

Les relais d'information sont des offices de tourisme ou sites partenaires du Parc national des Cévennes, qui ont pour mission l'information et la sensibilisation sur l'offre de découverte et d'animations ainsi que les règles à adopter en cœur de Parc. 

Ouvert de mi-avril à fin septembre

En savoir plus

Accès routiers et parkings

CD 41 depuis Lanuéjols, au col de la Loubière faire 1,7 km et prendre la piste à droite, faire environ 400 m pour arriver sur le parking. CD 41 depuis Bagnols-les-Bains, au lieu-dit Le Bouchet – l'Oustal Crémat prendre la piste à gauche

Stationnement :

Parking au bout de la piste, à 400 m de la route CD 41

Source

Parc national des Cévenneshttp://www.cevennes-parcnational.fr/

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :